Les Boteh

6 produit(s)

Nos Boteh trouvent l’origine de leur nom dans l’histoire de la Perse ancienne. Boteh vient du terme "Boteh Gegheh", le terme boteh seul signifiant "bouquet de fleur".
Le Boteh Gegheh évoque par sa forme la frondaison d'un cyprès, conifère emblématique des Empereurs Perses.
Nos compositions Boteh ne sont pas des confitures mais des préparations culinaires faisant la part belle aux épices. L’Iran, la Perse ancienne, était au cœur de la route des épices et accueillaient les navires et caravanes en provenance d’Orient, à destination de l’occident. Les épices étaient alors des produits luxueux, véritable monnaie d’échange.
C’est tout logiquement que le Comptoir des Poivres a fait appel à Nasrin, Iranienne de souche, passionnée de cuisine et d’épices, pour créer une gamme unique et hautement qualitative.
Telle les chasseurs et sourceurs d’épices, Nasrin ne sélectionne que les meilleures matières premières, framboise Willamette de Serbie, Litchi du Vietnam, Rose de Damas (en provenance du nord de la Province d’Ispahan en Iran), géranium d’Egypte, pistache d’Iran, Orange maltaise d’Espagne, safran d’Iran, mirabelle de Lorraine, figue violette du Maroc ou de Turquie, pomme braeburn de France, cannelle d’Iran, citron noir d’Iran…

Nasrin AZADHARF, créatrice de saveurs pour Le Comptoir des Poivres Les associations que l’on retrouve dans mes confitures viennent de mon expérience culinaire, majoritairement de la cuisine iranienne, riche de saveurs et très parfumée. C’est elle qui m’a donné cette sensibilité envers les épices. Tout d’abord, ayant grandi auprès de deux femmes (grand-mère et mère) réputées « pour transformer l’eau chaude en met formidable » (traduction littérale d’une expression perse), cela m’a permis d’apprendre à cuisiner dès mon plus jeune âge et à être en contact avec différentes épices et parfums floraux. J’ai de ce fait appris à jongler avec ces différentes saveurs. Mon premier plat « kholeshte gheimeh », je l’ai cuisiné à 8 ans. Quant à la préparation de la confiture, cela remonte aux habitudes iraniennes concernant les petits déjeuners qui sont accompagnés de confitures maison, préparées par ma mère ou ma grand-mère. C’est à elle que je pense lorsque je prépare mes confitures. Plus tard, à mon arrivée en France j’ai persévéré dans mon habitude du « fait maison » et ai toujours cherché à donner une touche de créativité dans mes plats. Celle-ci s’est retrouvée plus tard dans mes compositions florales, lorsque j’ai ouvert un magasin de fleurs à Paris, où j’alliais fleurs et aliments, à l’exemple des pommes ou des marshmallows que j’intégrais à mes bouquets. Au fur et à mesure, toutes ces associations se sont retrouvées dans nos assiettes, gardant ma volonté de revisiter les plats traditionnels. Comme je le dis toujours : « la confiture et moi c’est une histoire d’amour qui dure depuis toujours ». Depuis quelques années, la famille Azadharf a acquis une maison en Bourgogne qui a des arbres fruitiers, cela m’a donné l’occasion de préparer des confitures avec mes propres fruits. A chacune de ces préparations j’y incorporais une épice, une fleur ou un mélange étonnant.

Les compositions proposées sont totalement artisanales, issues de cuissons en marmites de 10 à 11 kg maximum. La teneur en sucre naturel des fruits choisis à parfaite maturité, leurs saveurs optimum, permettent des alliances gourmandes et surtout peu sucrées.